Profession : déménageur de piano

Une profession qui est en voie de disparition : déménageur de piano. Les compagnies de déménagement sont de plus en plus nombreuses à refuser le transport de pianos. Elles orientent souvent leurs clients vers une compagnie de Saint-Etienne-des-Grès, qui est en demande partout dans la province.

Comment peut-on réussir à sortir un piano à queue de d’un appartement de Montréal? Il faut d’abord enlever les pattes et le pédalier, le glisser sur le côté puis mettre une courroie pour qu’une grue le transporte.

Trois hommes de la compagnie L’As du piano ne déménagent que des pianos. Huit par jour, cinq jours par semaine, partout au Québec. Et parfois, même des professionnels comme eux connaissent des difficultés.

Le piano à queue pèse entre 700 et 800 livres. Et la porte n’est pas située devant l’escalier. C’est trop dangereux, c’est pourquoi on a besoin d’une grue pour le descendre.

Mais ça ne va pas comme prévu. La grue n’est pas bien placée. Il faut être prudent parce que la moindre fausse manoeuvre pourrait briser le balcon. La rampe aussi pose problème, sans compter les dommages qui pourraient être causés à l’instrument.

Les curieux sont intrigués par tout le déploiement. La rue est complètement fermée à la circulation.

Après une trentaine de minutes, c’est le soulagement. Et même si les efforts physiques sont considérables, les travailleurs sont formés pour ne pas se blesser. (Mélanie Bergeron)

 

Envoyer